Lisa Mazzone, les dents qui raient le parquet

Lisa Mazzone est omniprésente.

Grâce à la complaisance servile des médias locaux, on la voit partout, on l’entend partout, on est assommé de ses discours aussi vains que prétentieux.

Elle appartient à la catégorie des Khmers Verts, écolos tendance radical-socialiste, les purs parmi les purs. Tout cela serait parfaitement insignifiant si la dame n’avait pas les dents qui raient en permanence le parquet, au point d’y laisser une marque quasi indélébile dans les esprits simples des représentants du bon peuple.

Déjà conseillère nationale, la voici qui avise de briguer la fonction de conseillère aux états. Elle sait tout sur tout, elle qui est née en 1988. A tel point que l’on se demande comment on a bien pu faire pour comprendre quelque chose au monde qui nous entoure avant son arrivée en politique.

Opportuniste en tout, sa dernière idée est de réhabiliter les objecteurs de conscience condamnés entre 1968 et 1973. Vous avez bien lu? Ces malheureux, condamnés entre quinze et vingt ans avant sa naissance à elle.

J’en tombe de ma chaise. L’électoralisme transpire de chaque mot qu’elle prononce.

Mais bon comme on le disait dans ma lointaine jeunesse, il n’y a que de sottes gens. Espérons qu’il ne s’en trouvera pas assez pour la réélire l’année prochaine. Car avec les Khmers Verts, on perd.

What the fuck else?

Mercredi, 11 heures vingt minutes. J’entre dans la boutique Nespresso de la rue du Marché. J’ai l’impression de me trouver dans une bijouterie de luxe.

Un jeune éphèbe en tablier de jardinier, l’air pénétré, me toise et me dis : « Bienvenue, puis-je vous offrir un café » ?

Moi : « non, je voudrais dix boîtes de bleu et 5 boîtes de vert »
Lui, l’air profondément attristé : « Ah… Alors pour ça, il faudra voir avec un de mes collègues qui vend ! »

Moi, bouche bée, je garde un silence consterné, regardant l’éphèbe astiquer furieusement une machine à café qui traînait là.

Et comme personne ne fait l’effort de s’approcher de moi, je ressors de la boutique, furieux.

Car finalement, acheter des capsules de café, ce n’est pas comme s’enquérir du prix de la bague que ta femme te fait regarder chaque fois qu’elle et toi passez devant la vitrine de son bijoutier préféré, non ?

Bon, finalement j’y retourne un quart d’heure plus tard et, Ô miracle, une jeune femme me demande ce qu’elle peut faire pour moi.

Moi : « je voudrais dix boîtes de bleu et cinq de vert »
Elle, l’air de s’adresser à un demeuré : « le vert on ne le fait plus, maintenant on a du vert foncé, qui est plus corsé »
Moi (je n’en peux plus) : « ça ira, mettez-moi cinq boîtes de vert foncé »
Elle, attristée : « Vous êtes sûr, vous ne voulez pas goûter ? »
Moi, je serre les dents : « non, non, ça ira comme ça »

Elle se met à tapoter furieusement sur sa tablette et m’annonce, triomphante que cela fera quatre-vingts francs et dix centimes, est-ce que je fais partie du « Club Nespresso » ?

Moi, sortant le plastique « non »
Elle, visiblement peinée devant tant d’insensibilité : « vous ne voulez pas adhérer ? »
Moi, franchement agacé : « non Madame, je reste sous le radar »

Bon, je paie et elle disparaît pendant trois bonnes minutes, pour finir par revenir avec un sac contenant mes quinze boîtes de café, dix bleues et cinq vertes.

Je sors, les dents serrées et me dis : « Nespresso, what the fuck else ? »

Daniel, Johann, Chuck Jones, Charles 05, Geo, Patoucha, Octave Vairgebel et les autres

Sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, on rencontre toutes sortes de gens. Ils ont pour pseudonymes Daniel, Johann, Chuck Jones, Charles 05, Geo, Patoucha, Octave Vairgebel ainsi que beaucoup d’autres. Ils sont des trolls, reflets de la débilité ambiante.

Ils se manifestent tout particulièrement comme « commentateurs » des billets les plus rétrogrades et dénués de substance (on taira les noms de leurs auteurs par égard pour eux ou elles). Ils se caractérisent par une posture consistant à être contre tout ce qui est pour – et réciproquement.

Ils bêlent contre la pensée unique tout en s’en faisant les propagateurs en niant le droit à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux de le faire savoir.

Ils sont les diffuseurs des théories les plus idiotes ou fantaisistes qui soient. Ils se complaisent dans les fake news. Complotisme, anti américanisme primaire, racisme, anti tout, quoi.

Si on prend leurs propos au premier degré, on sourit devant tant de stupidité. Je ne résiste pas à en citer un, qui m’a fait l’honneur de visiter mon site:

Je viens de parcourir le blog du débilogueur. Intéressant pour comprendre sa « personne »_alité. Tous les derniers sujets sont des attaques ad personam. – « Daniel »

Lorsque l’on a plus rien à dire, on pratique l’insulte. C’est du niveau de ces imbéciles. Lorsque l’on y réfléchit un peu, on se dit que tous ces gens doivent avoir une vie bien triste et sans relief s’ils doivent passer leur temps à propager de tels propos.

Daniel, Johann, Chuck Jones, Charles 05, Geo, Patoucha, Octave Vairgebel et tous les autres, je vous souhaite bon vent.

ACoteDuBonheur Snapseed