Les délires du bon docteur

Le bon docteur perd les pédales. A quelques semaines d’une retraite qu’il aurait pu anticiper, Jacques-André Romand préfère semer le trouble et interdire que de récolter des données et étudier.

Il prétend en effet que les études sérologiques

ne permettent pas encore de savoir avec certitude à quel point les anticorps sont protecteurs, ni pendant combien de temps. De plus, ils ne fournissent aucune information sur l’absence de contagiosité. En effet, il n’y a pas de relation établie entre la production d’anticorps et la présence du virus infectieux

Et, du coup, il les interdit.

On reste ébahi devant tant d’arrogance. Refuser de mener une étude scientifique en période de pandémie, c’est fort.

Allez, il est temps que le bon docteur se barre. Personne ne le regrettera.

Good bye neon text design template good vector 22263165

Médecin cantonal genevois: un flic

Il faut voir et entendre le médecin cantonal genevois, Jacques-André Romand, parler du traçage des citoyennes et citoyens qui pourraient être infectés par le Covid-19 dès le 11 mai.

Quarantaine obligatoire de 10 jours, enquêtes, contrôles, flicages, tout y est. Et le pire, c’est ça a l’air de lui fair plaisir.

S’il est vrai que la mission du médecin cantonal comprend ce qu’il est convenu d’appeler la « police sanitaire », il ne faudrait toutefois pas exagérer.

Jusqu’ici, la responsabilisation des citoyennes et citoyens a plutôt bien fonctionné en Suisse. Alors pourquoi cet individu pense-t-il pouvoir réveiller le flic qui sommeillait en lui?

Vraiment, à prendre les gens pour des cons, ça finit par déteindre.

Il est temps que Jacques-André Romand prenne une retraite bien méritée. Bon vent.

JAR

Conoravirus: délires, faux prophètes, complotisme et pseudo-scientifiques

Je ne sais pas vous, mais moi, depuis le début de la pandémie, je suis consterné de voir tous les Illuminati, médecins et prophètes auto-proclamés qui sont apparus au grand jour.

On commencera par le Président des Etats-Unis qui, selon son habitude, a prêché tout et son contraire tout en affirmant qu’il ne prenait aucune responsabilité sur rien. Du déni de l’existence même du virus à la recommandation de s’injecter du désinfectant, de s’exposer aux UV, on aura tout vu et tout entendu.

Il est suivi de près par Hani Ramadan, qui nous explique que le coronavirus est la conséquence de nos moeurs dépravées… Mais, attends! Et Tariq, ses moeurs ne sont pas dépravées? Vraiment, cet imbécile ne sait plus ce qu’il raconte (s’il l’a jamais su).

Il y a ensuite les complotistes de toutes sortes, qui tentent de nous faire croire que le virus est une création humaine, ou qu’il n’existe pas et que la pandémie n’est qu’une vaste conjuration, ourdie par l’industrie pharmaceutique et les gouvernements, la Chine, les écolos… Et je suis certain d’en oublier.

Enfin, les pseudo-médecins, virologues et scientifiques qui dispensent leurs prescriptions à longueur de confinement à tel point que l’on se demande comment la science a pu se développer avant leur récente apparition.

Tous les jours, on touche le fond de l’insondable stupidité humaine, de la bêtise crasse des complotistes et autres crétins alpins.

Décidément, plus je fréquente l’humanité, plus j’aime mon chien.

Masonic illuminati symbols eye in triangle sign vector 21865778

Pascal Décaillet n’est pas un thème, juste un embarras

En fait, il n’est rien qu’un petit journaliste de quartier, qui ne sait deviser que sur ce qu’il connaît le mieux: lui-même.

Je m’impose la lecture de chacun de ses dépôts (la télévision c’est trop pour moi) et suis frappé par l’unité de matière qu’ils contiennent: Pascal Décaillet, sa vie, son oeuvre ses connaissances infinies de l’histoire et de la politique, ses incantations, ses prophéties diverses et variées.

Depuis le début de la pandémie, il se surpasse, au point que parfois, j’en viens à me demander si sa Sainte Suffisance Journalistique vit sur la même planète que nous. Son dernier billet, publié sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, est un morceau d’anthologie.

Arguant de l’histoire de la ligne Maginot qui selon lui n’est pas « un thème » (de quoi, lui seul le sait), il étale ce que tout le monde sait sur la drôle de guerre, puis sur la guerre éclair. Là, on décèle toute l’admiration moite – d’ailleurs déjà dénoncée – du journaleux pour le IIIe Reich. Et il nous en fait sept paragraphes.

Tout cela pour finir par ce lieu commun, cette platitude extrême, ce non-contenu (parler de non-sens serait attribuer trop de substance à ce propos), cette conclusion qui restera à jamais gravée dans le marbre de la bêtise:

La Ligne Maginot n’était pas un thème. Le confinement est, au mieux, un état de fait. Il n’est pas un thème. L’Histoire se déroule ailleurs. Chez ceux qui veulent le mouvement.

On se rappellera que la slaviste Hélène Richard Favre avait été virée des blogs de la Tribune de Genève en raison, notamment, de la monotonie des sujets traités. On se demande ce qui retient encore le responsable de ladite plate-forme d’en faire de même avec Décaillet?

Le bon peuple appréciera. Et décidément, on a les échotiers que l’on mérite.

11b0c2a1cfc612548024a1e72bacd65c maginot line france photos

Le Conseil fédéral aux abonnés absents, mais le virus, lui, est bien présent

La Suisse est neuvième au classement des pays les plus infectés.

Lorsque l’on lit le compte-rendu de la conférence de presse du Conseil fédéral de ce jour (le 20 mars 2020), on se demande si, en Suisse, on vit sur la même planète que dans les pays limitrophes, l’Italie et la France et un pays plus éloigné, l’Espagne.

Ces derniers ont décrété le confinement obligatoire en raison de la pandémie actuelle.

En Suisse, on décide de ne rien décider. Berset admet que d’autres ont pris des mesures de confinement obligatoire mais dont il sait qu’elles ne seront pas assez longues.

Et on ne fait rien en Suisse alors que l’on sait que le Tessin est en implosion hospitalière et médicale et que les cantons de Vaud et Genève s’en approchent – ce n’est probablement qu’une question d’heures.

L’incurie règne. L’impréparation aussi. Un gouvernement d’amateurs.

Ce n’est pas rassurant du tout.

C’est honteux.

Plus con, on meurt.

Screen Shot 2020 03 20 at 5 46 06 PM