Décaillet a la rage

Décaillet a la rage!

Ô fou rire qui me prend.

Il a la rage contre ceux qui ne pensaient pas comme lui avant et s’y mettent à la vingt cinquième heure… Qui se trouvent à adopter les valeurs qu’il défend depuis vingt ans…

Il faut citer de morceau de bravoure intellectuelle:

Mes quelques compagnons de route de ces années difficiles, où il a fallu se battre avec acharnement pour faire valoir ses idées, et payer parfois fort cher (oh oui !) ce combat, je sais exactement qui ils sont. Une poignée ! Avec eux, dans l’ordre d’une invisible communauté d’appartenance et de combat, je communie.

Les convertis de la 25ème heure, je les identifie aussi, un par un. Sur eux, nul commentaire. Juste la rage.

Une communauté « d’appartenance et de combat« … Je pouffe. De quel « combat » veut-il parler, lui qui reste tranquillement derrière son clavier et son écran à rabâcher les mêmes sornettes à longueur d’année?

Non seulement il ne combat rien, mais il ne fait que pérorer, en ne prenant aucun risque (celui de la démocratie directe, par exemple).

Non, décidément, Saint Pascal, prenez un Xanax. Ca calme.

Uploded e1f641eaf308cd56cb86a5750f1c30d3 SIPA 00555622 000002

Conoravirus: délires, faux prophètes, complotisme et pseudo-scientifiques

Je ne sais pas vous, mais moi, depuis le début de la pandémie, je suis consterné de voir tous les Illuminati, médecins et prophètes auto-proclamés qui sont apparus au grand jour.

On commencera par le Président des Etats-Unis qui, selon son habitude, a prêché tout et son contraire tout en affirmant qu’il ne prenait aucune responsabilité sur rien. Du déni de l’existence même du virus à la recommandation de s’injecter du désinfectant, de s’exposer aux UV, on aura tout vu et tout entendu.

Il est suivi de près par Hani Ramadan, qui nous explique que le coronavirus est la conséquence de nos moeurs dépravées… Mais, attends! Et Tariq, ses moeurs ne sont pas dépravées? Vraiment, cet imbécile ne sait plus ce qu’il raconte (s’il l’a jamais su).

Il y a ensuite les complotistes de toutes sortes, qui tentent de nous faire croire que le virus est une création humaine, ou qu’il n’existe pas et que la pandémie n’est qu’une vaste conjuration, ourdie par l’industrie pharmaceutique et les gouvernements, la Chine, les écolos… Et je suis certain d’en oublier.

Enfin, les pseudo-médecins, virologues et scientifiques qui dispensent leurs prescriptions à longueur de confinement à tel point que l’on se demande comment la science a pu se développer avant leur récente apparition.

Tous les jours, on touche le fond de l’insondable stupidité humaine, de la bêtise crasse des complotistes et autres crétins alpins.

Décidément, plus je fréquente l’humanité, plus j’aime mon chien.

Masonic illuminati symbols eye in triangle sign vector 21865778

« L’aide de la Confédération ne doit pas devenir un oreiller de paresse »

Pour une fois, et c’est à marquer d’une pierre blanche, je suis d’accord avec Décaillet, Sa Sainte Suffisance Journalistique. Les récents propos de Guy Parmelin, conseiller fédéral à plus de quatre cent mille francs par an, sont indécents.

Il faut citer cette insondable stupidité verbatim:

L’aide de la Confédération [aux indépendants] ne doit pas devenir un oreiller de paresse

Pour qui ce technocrate de cinquième zone se prend-t-il? Alors que le gouvernement suisse a fourni des aides massives aux salariés et se prépare une nouvelle fois à sauver une compagnie aérienne médiocre, il ose faire la leçon aux indépendants frappés de plein fouet par la crise?

Non, vraiment, les limites sont franchies. Non, que dis-je? Pas les limites, le mur du çon.

Topelement 2

Décaillet dans le texte

Pascal Décaillet, éminence journalistique de la presse échotière de quatrième zone, n’aime pas l’Union Européenne et ses succédanés. Il n’aime pas non plus les moralistes mais ne se prive jamais de la faire aux autres, la morale.

Dans un récent billet, publié sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève (dont la tolérance à la répétition et à l’ennui est consternante) il s’en donne à coeur joie, expliquant au PLR tout ce qu’il devrait changer dans sa doctrine pour devenir une copie conforme de l’UDC tendance dinosaure de Schaffouse.

On retiendra tout particulièrement ces morceaux d’anthologie:

si l’aile libérale du PLR voulait bien admettre qu’elle se fourvoie depuis plus de trente ans

si le PLR voulait bien mettre en avant la nation, comme lieu de référence de la mémoire et de la projection sur l’avenir ; couper avec l’idéologie supranationale ; envoyer Bruxelles dans les choux

Et le point culminant de ces éructations est digne d’être coulé dans le bronze de la stupidité:

eh bien, ma foi, je me découvrirais, si ces minimes conditions étaient remplies, de magnifiques proximités avec ce parti!

Si j’étais le PLR (Dieu soit loué, je ne le suis pas), je renverrai cet égocentrique à ses alpages, muni d’un ticket CFF aller simple, avec cette injonction péremptoire: « restez-y ».

PLR, l’effet Maudet, Salerno, Bayenet et les autres

Et pan!

L’effet Maudet a frappé ses copains du PLR en pleine poire. Les défaites électorales sont considérables et c’est bien fait pour eux.

L’ex-député Deneys n’a évidemment pas raté l’occasion de la ramener en raillant sur Facebook en utilisant le hashtag #PierreResteEncore. Pour une fois, je suis d’accord avec lui, cependant.

La palme de l’imbécillité revient tout de même au PLR battu sèchement, Simon Brandt qui affirme, sans rire:

Je suis triste face à ce résultat. Si Madame Barbey avait accepté une large alliance à droite, il y aurait deux élus de droite au Conseil administratif. Mais elle a préféré s’allier en sous-marin avec la gauche plutôt qu’avec des personnes avec qui elle a travaillé depuis cinq ans. Je souhaite bonne chance à ce gouvernement monocolore de gauche. Sans quelqu’un dans cet Exécutif qui veut vraiment changer les choses, tout va continuer comme avant, les dysfonctionnements resteront cachés.

Pas une once d’autocritique de la part de celui qui avait déjà fait imprimer ses propres affiches électorales solo au soir du premier tour. Vraiment, à prendre l’électeur pour un imbécile, on finit par prendre une baffe en retour.

C’est fait, et personne ne s’en plaindra. Finalement il n’y a que le malheureux Bertrand Reich, homme d’honneur contrairement à nombre de ses coreligionnaires, qui prend la pleine mesure du désastre:

C’est une déconfiture.

Personne ne pourra le contredire.

Il faut bien dire que Madame Barbey Chappuis a été bien aidée, en effet, par la future ex-mairesse, Sandrine Salerno, ce que Simon Brandt lui reproche amèrement. Elle aussi, s’est illustrée par ce propos magnifique:

Merci de ne pas me prendre pour l’idiote que je ne suis pas.

Qu’elle se rassure, on la prend juste pour celle qu’elle est.

On se félicitera aussi de l’éjection sans gloire de la « gauche de la gauche » du conseil administratif de la Ville. Bayenet pourra tranquillement se réinstaller dans ses campagnes. Et là également, personne ne le retiendra.

Pascal Décaillet n’est pas un thème, juste un embarras

En fait, il n’est rien qu’un petit journaliste de quartier, qui ne sait deviser que sur ce qu’il connaît le mieux: lui-même.

Je m’impose la lecture de chacun de ses dépôts (la télévision c’est trop pour moi) et suis frappé par l’unité de matière qu’ils contiennent: Pascal Décaillet, sa vie, son oeuvre ses connaissances infinies de l’histoire et de la politique, ses incantations, ses prophéties diverses et variées.

Depuis le début de la pandémie, il se surpasse, au point que parfois, j’en viens à me demander si sa Sainte Suffisance Journalistique vit sur la même planète que nous. Son dernier billet, publié sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, est un morceau d’anthologie.

Arguant de l’histoire de la ligne Maginot qui selon lui n’est pas « un thème » (de quoi, lui seul le sait), il étale ce que tout le monde sait sur la drôle de guerre, puis sur la guerre éclair. Là, on décèle toute l’admiration moite – d’ailleurs déjà dénoncée – du journaleux pour le IIIe Reich. Et il nous en fait sept paragraphes.

Tout cela pour finir par ce lieu commun, cette platitude extrême, ce non-contenu (parler de non-sens serait attribuer trop de substance à ce propos), cette conclusion qui restera à jamais gravée dans le marbre de la bêtise:

La Ligne Maginot n’était pas un thème. Le confinement est, au mieux, un état de fait. Il n’est pas un thème. L’Histoire se déroule ailleurs. Chez ceux qui veulent le mouvement.

On se rappellera que la slaviste Hélène Richard Favre avait été virée des blogs de la Tribune de Genève en raison, notamment, de la monotonie des sujets traités. On se demande ce qui retient encore le responsable de ladite plate-forme d’en faire de même avec Décaillet?

Le bon peuple appréciera. Et décidément, on a les échotiers que l’on mérite.

11b0c2a1cfc612548024a1e72bacd65c maginot line france photos

Le Conseil fédéral aux abonnés absents, mais le virus, lui, est bien présent

La Suisse est neuvième au classement des pays les plus infectés.

Lorsque l’on lit le compte-rendu de la conférence de presse du Conseil fédéral de ce jour (le 20 mars 2020), on se demande si, en Suisse, on vit sur la même planète que dans les pays limitrophes, l’Italie et la France et un pays plus éloigné, l’Espagne.

Ces derniers ont décrété le confinement obligatoire en raison de la pandémie actuelle.

En Suisse, on décide de ne rien décider. Berset admet que d’autres ont pris des mesures de confinement obligatoire mais dont il sait qu’elles ne seront pas assez longues.

Et on ne fait rien en Suisse alors que l’on sait que le Tessin est en implosion hospitalière et médicale et que les cantons de Vaud et Genève s’en approchent – ce n’est probablement qu’une question d’heures.

L’incurie règne. L’impréparation aussi. Un gouvernement d’amateurs.

Ce n’est pas rassurant du tout.

C’est honteux.

Plus con, on meurt.

Screen Shot 2020 03 20 at 5 46 06 PM