Maudet, l’arrogance jusqu’au bout

Ainsi, Pierre Maudet sera renvoyé devant un tribunal. Enfin, sera-t-on tenté de dire, tant cette « affaire » traîne depuis des mois.

Tout content de lui, comme d’habitude, M le Maudet est moite d’excitation à l’idée que les juges d’instruction aient renoncé à inclure les dons du groupe Manotel dans la procédure. L’avocat Mangeat, tout fier, n’a pas manqué d’indiquer que selon lui, cela avait « valeur d’acquittement ».

Donc, notre menteur ne devra répondre que de l’affaire de ses vacances princières à Abu Dhabi.

Il avait annoncé en 2018 que s’il devait aller devant un tribunal, il démissionnerait. Et hier, il nous dit le contraire, qu’il ne démissionnera qu’en cas de condamnation. Un mensonge de plus, mais qu’importe, il en a l’habitude.

Mais ces propos d’une insondable stupidité devront être gravés à jamais dans le béton de son épitaphe politique:

Mes adversaires ont mené une instruction à charge, ils ont entassé les accusations qui se dissipent

Et celle-ci:

Je suis un homme qui se bat depuis des mois, qui ne s’est jamais considéré comme une victime, mais comme une cible

Allez, pour un peu, on va le plaindre. Toujours est-il qu’il devra quand même aller expliquer ses conversations électroniques avec son pote Brandt devant les instances de son parti. On espère que ces dernières auront le courage de les sanctionner.

Cet homme est la honte de la république. Il n’a ni honneur, ni sens des responsabilités de ses actes. Il n’est ni une cible, ni une victime. Il est un menteur, un dissimulateur, indigne de toute confiance.

Il doit démissionner, il doit être oublié. Vite.

Momo

Scoop: un article publié dans le Temps d’hier fait état de cette perle, sous la plume de Fati Mansour:

La situation est d’autant plus inconfortable que Pierre Maudet a choisi une stratégie de défense agressive et digne d’un margoulin

Tout est dit, rien a ajouter.

Banquiers mégalomanes, architecte à la retraite

On apprend aujourd’hui qu’Inès Lamunière, « première femme nommée professeur (désolé, l’épicène, ce n’est pas mon truc) à l’EPFL », a remporté le concours du nouveau bâtiment des banquiers privés Pictet & Cie.

C’est le mariage de la gauche caviar, celle qui donne de perpétuelles leçons – d’architecture, en l’occurrence – et de la banque genevoise traditionnelle, anonyme, et richissime à l’indécence.

Mais bon, il faut que tout le monde vive, hein ma petite dame? Car il est vrai que depuis sa retraite, Inès Lamunière se battait les flancs dans son bureau.

On notera avec amusement qu’elle faisait partie du parti communiste vaudois, le POP, dans sa lointaine jeunesse.

Comme quoi, à l’instar de Sa Sainte Suffisance Journalistique, elle a eu sa période de bon coeur. Maintenant, c’est du côté du portefeuille que les choses se passent.

Ins lamunire ca01ee29 c706 4ead b714 ea205d1439a resize 750

La morbide fascination de sa Sainte Suffisance Journalistique pour la « DDR »

Son Eminence persiste et signe. Sa morbide fascination pour la République « démocratique » Allemande a à nouveau été exprimée dans un dépôt qu’il convient d’appeler un torchon.

Il nous apprend qu’il a « toujours eu un faible » pour cette dictature, au point qu’il aurait voulu y étudier.

Il pourrait aujourd’hui « écrire plusieurs livres sur la DDR ».

A ce stade, la « DDR » alimente cette fascination qu’il a de lui même dont il nous rabat les oreilles depuis des années. En voici un extrait, à graver à jamais dans le monument aux apologistes du communisme dans sa plus pure tendance stalinienne:

« Et puis, il y a la culture. Dès l’âge de vingt ans, j’ai lu les auteurs de la DDR. J’y ai immédiatement trouvé autre chose que de simples chantres du communisme, ce qui eût été un peu court pour capter les appétits littéraires du jeune homme que j’étais. Plus tard, j’ai découvert Christa Wolf, Heiner Müller, et tant d’autres. Nous sommes loin de la DDR ramenée (par la propagande occidentale) à la seule image de la Stasi, la redoutable police politique, en effet détestable« 

Décidément, rien ne peut arrêter les délires épistolaires de cet olibrius. Tout ça me fait penser à l’adage qui dit que si l’on est pas communiste à 18 ans, c’est que l’on n’a pas de coeur. Mais si on admire encore ce système à 40 ans (ou davantage) c’est que l’on n’a pas de tête. Tout est dit.

Indexmarx

Il fallait oser, Ramadan l’a fait

Cet extrait du dernier torchon de Hani Ramadan vaut son pesant de stupidité crasse, de déni de réalité, d’obscurantisme irrémédiable:

Allâhu Akbar! Voilà une expression qui dans la conscience de beaucoup est liée au terrorisme et à la violence. À force de répéter que tel islamiste supposé a crié: «Allâhu Akbar!» avant de commettre son crime, ces termes sont devenus le signe d’un ralliement fanatique à une foi obscurantiste

C’est vrai, quoi.

Les crétins fanatiques qui se font exploser devant des terrasses de café ou des écoles, les agités du bocal qui tirent dans le tas au Bataclan ou à la rédaction de Charlie, les fous dingues qui écrasent des promeneurs avec des véhicules volés ne sont que des « islamistes supposés ».

Il fallait oser écrire une telle connerie. Il l’a fait.

Ramadan vit sur une autre planète. Qu’il y reste… Cet islamologue de mes deux finira sans doute par y trouver les vierges promises aux martyrs et nous foutre la paix.

Les envolées lyriques de l’échotier

Décaillet vomit tellement l’Union Européenne qu’elle lui inspire de grandes envolées, lyriques, prophétiques et incantatoires.

Sous le titre « Le gisant et les fausses écritures » (il fallait le trouver, quand même) il nous livre un morceau d’anthologie digne des raclures que l’on trouve habituellement sur les tas de fumier. Une sorte de Nostradamus raté.

Tout cela serait risible si ce n’était aussi pathétique.

Comme je l’ai toujours dit, on a la presse que l’on mérite. Et les faux prophètes, aussi.

Ainsi soit-il.

Hqdefault

Salerno: good bye, enfin

A la veille de sa retraite, plusieurs journalistes (si l’on peut encore les appeler ainsi) s’extasient sur le bilan et la personne de la future ex-mairesse Sandrine Salerno.

Chacun y a de son éloge.

La Tribune de Genève se fend d’un article intitulé « Le coeur à gauche et les finances à droite« . A en croire l’auteur Sandrine Salerno sera regrettée.

Rien n’est plus faux. Son style dictatorial a coûté leur emploi à plusieurs fonctionnaires pourtant désireux de bien faire, tout particulièrement dans le secteur des ressources humaines.

Mais le fond est – évidemment – touché par Sa Sainte Suffisance Journalistique qui nous livre ce morceau d’anthologie:

Puissent d’autres grands argentiers, aux trois niveaux de notre pays (Villes, Cantons, Confédération) s’inspirer de sa retenue dans les dépenses, de sa lutte contre les déficits, de sa prudence féline, de son souci des équilibres

Il est talonné de près par S.S. elle-même qui nous dit:

J’ai une intuition de ce qu’il faut faire et de ce qui est juste

Au temps pour la modestie et la retenue, mais à couler dans le bronze de la stupidité.

Mais bon, la bonne nouvelle est que le 1er juin à 0 heures, la Ville sera soulagée de la présence de Sandrine Salerno aux affaires. Plus jamais ça.

359577560

Référence: on lira avec intérêt cet article qui évoque la rectitude de S.S. et de la municipalité des petits copains.

Sylvain Thévoz, agité du bocal

Monsieur Sylvain Thévoz a une conception très socialiste de la justice, de l’équité et du droit. Ne parlons pas de droiture, car il n’en n’a pas. Dans l’un de ses récents dépôts, il s’en prend à Mauro Poggia qu’il charge évidemment de toutes les calamités et fautes imaginables pour son esprit de gaucho.

Il accuse le « ministre de la santépolice » (il fallait la trouver, celle-ci) de perdre les pédales en suite de la manifestation « spontanée » de cyclistes au début de la semaine à Genève. Il nous prend pour des imbéciles. Car en effet, comment un rassemblement d’environ 2000 cyclistes peut-il être spontané?

Et notre infatigable justicier de s’interroger:

L’intervention de Monsieur Poggia soulève plusieurs questions : Pourquoi les droits démocratiques sont-ils garantis à certains et interdits à d’autres ? Quels sont les critères pour accepter ou refuser une demande de manifestation? Ces critères ont-ils été explicitement communiqués à la population, ainsi que la marche à suivre pour obtenir une autorisation de manifester? Pourquoi le Conseil d’Etat a-t-il autorisé des député-e-s et des élu-e-s municipaux/ales à siéger en les protégeant, et interdit-il aux citoyen-ne-s défendant leurs droits et jusqu’à la politique du Conseil d’Etat de le faire?

Le propos restera gravé à jamais dans le marbre de la stupidité et de la malhonnêteté.

Et le tour est joué. Comme d’habitude, dans la vision manichéenne de Monsieur Sylvain Thévoz, il y a les gentils (les gauchos, les cyclistes, les écolos, tous les opprimés de la terre et j’en passe) et les méchants (la droite).

Monsieur Sylvain Thévoz est un agité du bocal, nuisible, vindicatif et inutile.

L agite du bocale

Les délires du bon docteur

Le bon docteur perd les pédales. A quelques semaines d’une retraite qu’il aurait pu anticiper, Jacques-André Romand préfère semer le trouble et interdire que de récolter des données et étudier.

Il prétend en effet que les études sérologiques

ne permettent pas encore de savoir avec certitude à quel point les anticorps sont protecteurs, ni pendant combien de temps. De plus, ils ne fournissent aucune information sur l’absence de contagiosité. En effet, il n’y a pas de relation établie entre la production d’anticorps et la présence du virus infectieux

Et, du coup, il les interdit.

On reste ébahi devant tant d’arrogance. Refuser de mener une étude scientifique en période de pandémie, c’est fort.

Allez, il est temps que le bon docteur se barre. Personne ne le regrettera.

Good bye neon text design template good vector 22263165

Médecin cantonal genevois: un flic

Il faut voir et entendre le médecin cantonal genevois, Jacques-André Romand, parler du traçage des citoyennes et citoyens qui pourraient être infectés par le Covid-19 dès le 11 mai.

Quarantaine obligatoire de 10 jours, enquêtes, contrôles, flicages, tout y est. Et le pire, c’est ça a l’air de lui fair plaisir.

S’il est vrai que la mission du médecin cantonal comprend ce qu’il est convenu d’appeler la « police sanitaire », il ne faudrait toutefois pas exagérer.

Jusqu’ici, la responsabilisation des citoyennes et citoyens a plutôt bien fonctionné en Suisse. Alors pourquoi cet individu pense-t-il pouvoir réveiller le flic qui sommeillait en lui?

Vraiment, à prendre les gens pour des cons, ça finit par déteindre.

Il est temps que Jacques-André Romand prenne une retraite bien méritée. Bon vent.

JAR

Lisa Mazzone ne décolère pas, je pouffe

Le journal Le Temps d’aujourd’hui se fait l’écho de la colère de Lisa Mazzone à l’idée que la confédération apporte une aide au secteur des transports aériens qui pourrait échapper à des tentatives de référendum menées par son parti des Khmers Verts.

Je pouffe.

Je pouffe car elle argumente comme le reste de la gauche lorsqu’elle perd des élections. Elle se plaint en effet de n’avoir reçu les documents du débat parlementaire d’hier que deux jours ouvrables avant la session. Poverina!

Et elle y va d’un couplet à graver à jamais dans le marbre de la stupidité des donneurs de leçons:

«Dès lors, les conditions ne sont pas réunies pour mener un débat fondé. De toute évidence, le Conseil fédéral s’est déjà entendu avec les entreprises concernées et le parlement n’est appelé qu’à se prononcer de façon symbolique. Nous déplorons cette occasion ratée pour mettre le secteur aérien sur une voie respectueuse de l’environnement et des riverains»

La Khmère verte au clavier étincelant n’a pas encore compris qu’il ne suffisait pas qu’elle lance des incantations à tort et à travers pour que le parlement se rallie aux idées des écolos barjos. Elle accuse le gouvernement suisse de faire la sourde oreille à ses propositions.

Vraiment, je pouffe. Il faut qu’elle se recycle.

Trucs ecolos 410