Maudet, PLR, l’implosion programmée

La descente aux enfers du PLR genevois est programmée. Elle se terminera par l’implosion du parti, déchiré par les luttes internes, les secrets nauséabonds révélés, les rancoeurs personnelles et, par-dessus tout, l’attitude jusqu’au boutiste de Pierre Maudet, menteur en chef de la formation.

Il s’accroche à ce qui lui reste de pouvoir, soutenu par une vieille garde de radicaux d’un autre siècle prêts à tout pour le laisser en place.

Mensonges, manipulations, secrets d’alcôves politiques, fonds occultes tout y est pour alimenter les conflits internes qui finiront par provoquer la disparition du PLR, assemblage contre nature de radicaux fazystes et de libéraux tendance rue des Granges. Au point que tout cela commence par agacer singulièrement les instances nationales du parti.

Pour tous, Maudet est présumé innocent. Soit. Mais il est aussi le ver dans le fruit PLR, le révélateur des dissensions irrédentistes et, probablement finalement, le fossoyeur du mouvement. Paltoquet menteur, arrogant, suffisant et content de lui, Maudet est pour l’instant sourd aux appels à la démission.

Au-delà des aspects juridiques de son affaire, la sortie serait pourtant la seule solution honorable aux problèmes que Maudet pose à sa formation, à la République et, en finalité, à ses concitoyens qui deviennent la risée de nos compatriotes confédérés. Mais, l’honneur, il ne semble pas en avoir, s’accrochant à sa position comme un naufragé à sa bouée. S’il tient encore quelques mois, il bénéficiera d’une substantielle rente de « retraité ».

Finalement, se débarrasser de Maudet n’aura pas de prix. Attendons donc ces quelques mois et qu’il parte sans honneur, entraînant son parti dans la disgrâce d’une disparition qui, en l’occurrence, sera entièrement méritée.

Blocher déraille, une habitude

Le dinosaure de Schaffouse déraille. Rien de nouveau sous le soleil, tant ce vieil homme nous a habitué à ses discours qui fleurent bon les chaussures à clous et les chemises brunes auréolées d’une transpiration virile.

Bon. dans un article paru ce jour sur le site de la Tribune de Genève, il nous reparle de son obsession favorite: l’immigration.

On passera sur les discours à tendance Udécé canal historique époque du jurassique antérieur. Mais il nous sort cette perle: « Nous ne sommes pas très innovants ». Ca, c’est un chef d’oeuvre du lieu commun, ou comment on enfonce les portes ouvertes à l’Udécé.

Les aventures de Bibi Fricotin au pays de la censure

Un amusant article du journaliste Olivier Francey, initialement publié publié dans le Temps, aurait été retiré du site quelques heures seulement après avoir été mis en ligne (1).

Et pour cause, il mettait en cause le mirifique conseiller d’état genevois Pierre Maudet. Il faut dire que ce dernier n’avait rien trouvé de mieux à faire que de rendre visite au guide suprême de la révolution islamique d’Iran, en compagnie du champion du rire – et accessoirement président de la confédération helvétique.

Olivier Francey se moque gentiment du potentat genevois, affirmant que si celui-ci s’il s’était « prénommé Pierrette » n’aurait pas porté de foulard islamique… Ce rappel explicite de la visite de Micheline Calmy-Rey, voilée pour l’occasion, que Maudet avait abondamment critiquée à l’époque.

Le style (légèrement) vitriolé d’Olivier Francey a visiblement déplu à Bibi Fricotin et son texte a été censuré, sans doute sous les pressions de l’entourage du (très petit) fricoteur.

Comme quoi, la république bananière a encore de longs jours devant elle, où un magistrat de quartier peut faire la loi au sein d’une presse prétendument libre.

(1) Bibi Fricotin au pays des mollahs, Le Temps, 3 mars 2016