Islam: le grand nettoyage est indispensable

Il est temps pour nos concitoyens musulmans de faire le ménage chez eux.

L’islam, tel qu’il est perçu par la majorité d’entre nous, n’est pas une religion de tolérance, et encore moins de paix. Et pour couper court aux inévitables qualificatifs que la précédente remarque va inévitablement provoquer, je ne suis ni raciste, ni intolérant, juste laïc. Mais, il est vrai que je souffre d’islamophobie caractérisée lorsqu’il s’agit des attentats aveugles que nous subissons depuis plus d’un an.

Après Charlie, l’Hypercasher, le Bataclan, Bruxelles et, désormais, Nice, des morts par centaines et des illuminati djihadistes qui, sur les réseaux sociaux, se félicitent de ces tueries et remercient leur dieu d’avoir pu tuer des “croisés”.

Cela suffit.

Les discours lénifiants à la Martine Brunschwig Graf, notamment, ne percutent plus. Maintenant, c’est à un nettoyage par l’intérieur qu’il faut que les musulmans procèdent.

Les “modérés” de nos régions, s’ils existent encore, doivent conduire cette tâche immense, tout de suite, sans attendre. Purger, de l’intérieur, extraire le mal de leurs lieux de culte, quitte à en renvoyer les imams dévoyés, les payeurs salafistes saoudiens chez eux.

Il en va de la paix civile. Car c’est bien à cette dernière que les extrémistes et autres djihadistes aspirent. Ne les laissez pas faire, jamais.

Décaillet et les portes fermées de la rue des Granges

Dans un récent billet posté sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, Pascal Décaillet s’en prend à Alexandre de Senarclens, candidat PLR au prochaines élection nationales.

Sa Sainte Suffisance journalistique juge Alexandre de Senarclens emprunt d’un “parfum de rue des Granges”. 

Mais au fond, ce n’est pas le candidat PLR qui dérange Décaillet, non. Ce qui le dérange par-dessus tout, c’est que pour lui, les portes des immeubles patriciens de la rue des Granges, côté pair et côté impair, sont et seront toujours fermées.

Saint Pascal jalouse cette petite aristocratie de province, qui vit repliée sur elle-même et ne s’ouvre que très rarement, sinon jamais, aux intrus comme lui. Surtout s’ils sont d’origine, de tradition ou de religion catholique.

Donc, comme il ne sera jamais invité à la rue des Granges, il ne lui reste que le sarcasme et le persiflage. Du très grand Décaillet.

becurioustv, la vie, la mort, l’ennui

becurioustv est une nouvelle chaîne de télévision, créée, animée et gérée par l’épouse d’un milliardaire vaudois. Bon.

Cette chaîne de télévision nous propose toutes sortes de programmes, plus ou moins niais, voués à divertir un public lassé des programmes du service public (on le comprend bien) et des autres télévisions régionales (ça, on le comprend bien aussi).

Mais le pire, c’est que becurioustv, passés les premiers moments de curiosité, lasse davantage et plus rapidement que toutes les autres chaînes de télévision, locales ou nationales réunies. Peuplées d’énergumènes agités et égocentriques, les émissions de becurioustv sont comme une sorte de long naufrage. On notera tout particulièrement Fred Valet en bouffon énervé et énervant qui a oublié de prendre son Xanax, qui tourne autour des invités de la propriétaire-animatrice, interjetant des propos aussi incohérents que stupides, en croyant être drôle.

La palme est remportée haut la main par cette émission qui dit tout dans son titre “La vie, la mort, la coiffure”, animée par Alain G. et Ariane F. Vautrés dans un lit improbable dans lequel on ne veut pas imaginer (et heureusement) ce qu’ils on pu y faire, nos deux comparses se complaisent dans la médiocrité, le “bitching” (discipline consistant à dire pis que pendre de ceux que l’on aime ou n’aime pas) le colportage mercantile et, finalement, dans une vacuité insondable. Le pire est cela a l’air de les faire rire.

En bref, ça n’en finit pas de sombrer dans la bêtise, le people de banlieue et au fond, dans l’ennui le plus total.