Nous sommes tous des infidèles

2015: Charlie.

2020: la décapitation, en pleine rue, d’un enseignant du Val d’Oise qui avait montré les caricatures à ses élèves collégiens.

L’auteur de ce dernier crime a écrit:

De Abdullah, le serviteur d’Allah, à Macron, le dirigeant des infidèles, j’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer qui a osé rabaisser Muhammad

Il a été abattu comme un chien par les forces de l’ordre, Abdullah.

Cette barbarie obscure, ignorante de toutes valeurs d’humanité, frappe encore. Et cela suffit. Nos concitoyens musulmans doivent impérativement comprendre que la liberté des cultes leur donne le droit de pratiquer leur religion dans la liberté. Mais les lois du monde civilisé leur donnent également l’obligation du respect des idées, croyances et convictions des autres.

La République française garantit le droit au blasphème, pour autant que celui-ci ne vienne pas perturber l’ordre public. Les musulmans doivent se mettre ce principe dans la tête et l’accepter. S’ils refusent de le faire, il y a suffisamment d’endroits sur la planète qui pourront les accueillir.

A ce stade, nous sommes tous des infidèles, et fiers de l’être.

121827650 1729737257183210 4525640012127757235 o

Dire qu’il y a un problème racial aux États-Unis, c’est une manipulation odieuse des démocrates!

Cette phrase emblématique a été prononcée par James Foley, citoyen des Etats-Unis vivant sur les rives du Léman dans un article édifiant de la Tribune de Genève. En plein déni de réalité, le mec.

Ils sont quelques uns, membres du GOP, qui croient dur comme fer que Donald J. Trump sera réélu. Ils se fichent, disent-ils, du style de ce voyou et se focalisent exclusivement sur le « bilan économique ». Même en Suisse, ces imbéciles vivent dans le « dreamworld » propagé par les mensonges de Trump et ses laquais, ainsi que par Fox News et OANN, chaînes d’informations totalement inféodées au fou dingue de la Maison Blanche.

Ed Flaherty, « avocat international » pratiquant à Genève, va jusqu’à affirmer qu’il ne croit pas aux sondages – qui, évidemment, indiquent que Joe Biden mène devant Trump quasiment partout.

Le pompon doit être attribué à Andrew Kohlrieser qui affirme sans rire qui «L’atout de Trump, c’est la croissance économique. Les gens le voient dans leur quotidien». L’impact de la calamiteuse gestion présidentielle du Covid-19 et ses millions de chômeurs? Circulez, il n’y a rien à voir.

La dérive du GOP n’en finit pas. Noyauté par les fascistes du Tea Party, désormais ouvert aux complotistes de QAnon, faisant la vie belle aux racistes et suprémacistes blancs, les républicains vivent un naufrage idéologique total.

Ce spectacle est affligeant. Ces gens sont des idiots.

Trump

Ni « fonction », ni « publique » – la masse égocentrique des fonctionnaires genevois

Les fonctionnaires genevois n’apprécient pas ce qui va sans doute leur arriver – une diminution de 1% de leur rémunération. Du coup, ils menacent de faire la grève. On croît rêver.

Ces gens ne représentent aucune « fonction ». Quant à l’adjectif public, il est devenu caduc tant cette catégorie de salariés a perdu, et depuis bien longtemps, tout sens de service à la collectivité.

A l’heure où le secteur privé souffre et va devoir faire face à une crise grave, qui se traduira par de massifs licenciements, nos fonctionnaires gras et sans idées ne pensent qu’à servir leurs propres intérêts.

On ne saurait s’en étonner. Par contre on peut aisément s’en indigner et être écoeuré de tant d’égocentrisme.

Mais au fond, on n’a que ce que l’on mérite. A Genève, c’est cette médiocrité, cette totale absence de sens de l’état, cet égoïsme caractérisé venant de ceux qui devraient servir avant de penser à se servir.

Greve 1080x675 696x435

Délires, ignominie, ordure: les égarements de Jean-Dominique Michel

Jean-Dominique Michel… Encore lui, toujours lui. Complotiste, expert autoproclamé, prétendu « anthropologue de la santé », on n’en peut plus de ses incantations.

En résumé, son message est le suivant: les experts qui ne sont pas lui se sont trompés et continuent de se tromper s’agissant de la pandémie et de sa gestion. Il n’est pas complotiste, mais fraie régulièrement avec ces milieux. Il suffit de voir sa tête enfarinée se délecter d’une discussion avec Silvano Trotta, celui qui affirme que la lune est creuse.

Si l’on ose contredire ses positions, on sombre dans l’ignominie, l’ordure et les délires et l’on se voit infliger des « droits de réponse » aussi stupides que sont dénués de fondement ses propres propos.

Le pire est que cet olibrius est invité à dispenser sa pseudo-science (à Liège et à Menton) qui ont été l’occasion pour lui de se faire mousser une fois de plus, en vomissant au passage la représentante de la RTBF et le compte-rendu qu’elle a fait de sa messe insipide. Pour lui, cet article est « abject » – évidemment.

Non, décidément, quel triste sire. A ses agitations, délires paranoïaques et autres incantations, il convient de ne rien dire ni ne rien faire en nous contentant de nous taire et de le laisser braire. Finalement, être con n’a jamais tué personne.

Ane g

La municipalité des petits amis

Salerno a à peine quitté son job de conseillère administrative de la Ville de Genève que la revoilà: elle est pressentie pour siéger au conseil de la fondation du Grand Théâtre de Genève…

On ne sait à combien s’élèvent les jetons de présence qu’elle encaissera, mais on ne peut qu’imaginer que ce ne sera que le premier pas de son retour.

Il n’y a que Kanaan pour oser affirmer qu’elle est « une personnalité compétente ».

Après Pagani, nommé également à ce conseil, il n’y a qu’un pas à franchir pour penser que le Grand Théâtre de Genève est une usine de recyclage pour politiciens de quatrième zone à la retraite.

A gerber.

Salerno 4

La liberté d’expression c’est aussi le droit au blasphème

Plus de 90 médias français signent aujourd’hui un texte pour la liberté d’expression. Dans le contexte du procès des criminels survivants des attentats de Charlie et de l’hyper casher, il paraît évident de réaffirmer cette vérité, n’en déplaise aux cul-bénits, sectaires, musulmans intégristes, islamises violents et autres crétins:

la liberté d’expression inclut le droit au blasphème, tant que l’exercice de cette liberté ne nuit pas à l’ordre public.

Il se trouve que Charlie, en republiant les caricatures du prophète exerce cette liberté d’expression. Il ne se trouve que les fous de dieu d’Al-Quaida et autres agités du bocal pour ne pas apprécier ce geste à sa juste valeur.

Il vaut la peine, ici, de rappeler Karl Marx:

La religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple.

Les musulmans intégristes et autres islamistes de mes deux provoquent exactement les soupirs des créatures qu’ils oppriment: femmes ou infidèles, libres penseurs, démocrates, athées, incroyants – tous ceux qui ne sont pas comme eux, c’est à dire une très vaste majorité des habitants de cette planète.

Qu’ils se taisent, qu’ils disparaissent, enfin.

Tout ca pour ca Charlie Hebdo publie a nouveau les caricatures de Mahomet

Décaillet: tout est prétexte à vomir la presse mainstream

Dans un récent billet, Pascal Décaillet démontre (le fallait-il encore?) que son objectif principal est de vomir la presse mainstream, qu’il s’agisse de la RTS ou du journal Le Temps.

Cette fois-ci, il prend prétexte du décès de Ruth Bader Ginzburg, juge à la cour suprême des Etats-Unis, pour asséner ses rengaines habituelles.

Il convient de noter que Sa Sainte Suffisance Journalistique se prend pour un grand apôtre de la démocratie en général et de la directe à l’helvétique en particulier.

Dans le cas de la cour suprême des Etats-Unis, ce qui choque la presse mainstream – mais aussi une bonne partie des citoyens des Etats-Unis – est la manière dont le parti républicain, à l’instigation de Trump, va tenter de manipuler une seconde fois la nomination d’un juge à la cour suprême.

Rappelons-nous: en 2016, le GOP majoritaire au Sénat a bloqué la nomination de Merrick Garland à la cour suprême car il était proposé par Obama durant une année électorale. Au prétexte qu’il incomberait au président élu de faire son choix.

Cette année, nous sommes dans la situation inverse. Trump est candidat et sa réélection est incertaine. Et ce même GOP affirme, sans honte, qu’il faudrait absolument nommer un remplaçant à Ruth Bader Ginzburg avant l’élection. La manoeuvre ne trompe personne et c’est exactement cela qui est révoltant car c’est une captation de démocratie commise par un parti noyauté par toutes sortes de tendances fascisantes, comme le Tea Party ou l’obscur mouvement QAnon.

Mais cela, Décaillet n’en n’a cure, tant sa haine de la RTS le ronge. Ce personnage est vraiment petit, petit, étroit dans une vision quasi obsessionnelle d’un monde passé, révolu à jamais.

Screen Shot 2020 09 21 at 7 19 08 AM

Pour les négationnistes

On ne résiste pas à faire part de cet édifiant article, publié sur le site de France 3 Côte d’Azur.

Donc :

– Il n’y a pas de pandémie

– Le virus n’est pas dangereux

– Les hôpitaux sont vides

– Raoult est un génie

– L’HCQ est la panacée universelle, même pour le cancer

– Ceux qui contredisent tout ce qui précède sont confus ou ne comprennent rien

– Il faut ruser contre son gouvernement pour obtenir de l’HCQ sur des parking pour se soigner du Covid (citation du gourou Jean-Dominique Michel)

Vraiment?

Ce serait à mourir de rire si ce n’était aussi tragique.

Screen Shot 2020 09 21 at 7 25 02 AM

Le retour de la perfide Albion

La perfide Albion est de retour. Son bouffon de premier ministre a décidé de présenter un projet de loi qui, s’il est accepté par le parlement britannique, de revenir sur certaines dispositions de l’accord de retrait de l’UE pourtant signé en janvier 2020.

Il avait toujours été évident qu’au sein de l’Union Européenne, le Royaume-Uni voulait le beurre et l’argent du beurre.

Mais là, toutes les limites de la bienséance et du droit international sont en passe d’être bafoués par l’affreux BoJo.

Il faut espérer qu’il reste des parlementaires d’honneur dans ce pays, car Boris Johnson est indigne et faux-jeton.

Boris johnson cartoon

Philippe Vergnes, inconnu de la science

Dans un récent article publié sur son blog, le ci-devant Philippe Vergnes, spécialiste autoproclamé de la perversion narcissique et de la manipulation s’est fendu d’un article aussi touffu que confus, dans lequel il prend fait et cause pour Jean-Dominique Michel. Arguant de l’impératif de développer une pensée critique, seul moyen de «faire opposition et contrepoids à la pensée perverse qui se fait de plus en plus sentir actuellement dans notre société», il abonde de références, de renvois à d’autres de ses articles ou à des lectures d’auteurs plus ou moins connus. Tout cela rend une lecture attentive de son dépôt d’autant plus difficile qu’il est en plus truffé de fautes d’orthographe.

Faisant référence au billet du blogueur Thomas C. Durand concernant Jean-Dominique Michel, Vergnes entreprend de démonter les constats (et non les jugements) dudit blogueur au nom d’une obscure «zététique», l’art du doute ou selon Rostand «l’hygiène préventive du jugement».

Si l’on peut bien entendu ne pas être d’accord avec les positions de Thomas C. Durand, Philippe Vergnes, lui, le charge de toutes sortes de tares plus ou moins gravissimes et qui rendraient sa position dénuée de tout fondement. Ainsi, Durand manifesterait notamment des « biais cognitifs ».

Le reste n’est qu’un ramassis d’interprétations orientées, de déductions foireuses et d’accusations dénuées de fondement. Rien de très scientifique. Mais le pire est que les écrits de Philippe Vergnes sont porteurs de ce qu’il est communément appelé un «effet-miroir». Ses postures, positions et critiques se basent exactement sur les comportements manipulateurs qu’il dénonce par ailleurs. Et à ceux qui osent lui opposer un avis différent, il présente ce diagnostic péremptoire et disqualifiant : ils souffrent de «confusion». Et toc.

A l’instar des questions que je me pose sur la validité du parcours de formation de Jean-Dominique Michel et qui l’amène à se présenter comme un « anthropologue de la santé », je me demande d’où sort Philippe Vergnes. La seule référence CV que l’on trouve sur lui est plus que réduite, je cite :

Consultant en entreprise et auteur en 2011 d’un livre intitulé « Le mal du siècle : la manipulation », publié sur Thebookédition [site d’édition de livres à compte d’auteur]. J’anime un blog spécialement destiné à la vulgarisation de la perversion narcissique qui est une théorie des conflits bien plus riches que ce à quoi les médias la destinent actuellement : « Perversions narcissiques et psychopathies : théories et concepts ».

Ni plus ni moins. Impressionnant. De lui non plus, on ne sait rien du parcours de formation et de son expérience professionnelle, en dehors d’une vague présence sur Facebook. Ou plutôt si : il est expert en leçons qu’il dispense à tort et à travers, de grandes contributions à l’avancement de la science et d’effets de manche pseudo psychologiques. Et relativement à Jean-Dominique Michel, qui se ressemble s’assemble.

171537 104423669631954 5031693 o